Stimuler sa mémoire

Vieillissement, facultés
cognitives, mémoire : quel lien ?

Toutes les fonctions ne sont pas également affectées au cours du vieillissement. Des centenaires peuvent conserver de remarquables performances cognitives.

Les recherches montrent que les facultés mentales qui s’appuient sur les connaissances acquises au fil des années semblent relativement maintenues et que celles qui s’appuient sur des processus cognitifs sont souvent touchées de façon plus précoce. Il s’agit en effet de la mémoire, l’attention, la vitesse de traitement.

Pourquoi entraîner sa mémoire ?

La mémoire ne s’use que si l’on ne s’en sert pas ! Il est important de la faire travailler.
Vie professionnelle, activités familiales, culturelles, sociales, l’entretiennent. En l’absence de sollicitation, l’attention, la conscience du temps et de l’espace ainsi que la capacité à retenir l’information diminuent.

De nombreux travaux ont démontré l’impact significatif de la stimulation aussi bien sur le confort cognitif personnel que contre la survenue d’une maladie d’Alzheimer.

En montrant la possibilité d’une amélioration des performances cet entraînement renforce l’estime de soi.

Comment stimuler sa mémoire ?

Identifiez et favorisez les activités, les conversations qui font plaisir à votre proche. Encouragez et valorisez-le dans ce qu’il entreprend, même si la réalisation vous semble imparfaite.

Un entraînement, sous une forme ludique, permet de comprendre les difficultés rencontrées dans les processus cognitifs et d’y remédier. Incitez votre parent à entraîner sa mémoire :

  • par des jeux de logique ou stratégie : scrabble, dames, échecs, cartes ou les jeux des magazines (mots croisés ou fléchés, sudoku et autres énigmes) ;
  • dans les activités quotidiennes : recettes de cuisine, courses, aide aux devoirs des petits enfants etc.

A faire :

  • Bien dormir. Le cerveau profite de la nuit pour trier et classer les souvenirs de la journée.
  • Bien manger. Une nourriture équilibrée joue un rôle important dans l’alimentation du cerveau.
  • Lire. De tout. La lecture, activité cérébrale par excellence, entretient et améliore les performances cognitives.
  • Mémoriser la liste des courses avant de se rendre au marché, retenir des numéros de téléphone utiles.
  • Reconnaître : oiseaux, arbres et autres végétaux, constellations.
  • Participer à des « ateliers-mémoire » ou à des séances d’activation cérébrale. Se renseigner auprès de la MSA, France Alzheimer, la Fondation nationale de gérontologie, les hôpitaux, le médecin, le CCAS de votre domicile ou le CLIC le plus proche.
  • Consulter le médecin en cas d’importants troubles de mémoire

A ne pas faire :

  • Rester isolé, inactif ;
  • Vous substituer à votre proche, répondre à sa place.