L’évolution de la maladie d’Alzheimer

La fréquence de la maladie d’Alzheimer augmente avec l’âge mais n’est pas due à l’âge ; elle peut toucher des jeunes et épargner des centenaires.

Comment évolue la maladie ?

La maladie d’Alzheimer est une maladie cérébrale dégénérative primaire, d’étiologie inconnue et qui présente des altérations neuropathologiques et neurochimiques caractéristiques. Elle commence de façon insidieuse et lente et évolue pendant plusieurs années.

On distingue 3 périodes :

1 - Pendant 10 à 15 ans, les lésions cérébrales se développent en silence.

2 - Lorsque les lésions deviennent sévères, les premiers troubles apparaissent : trous de mémoire de plus en plus fréquents et altérations du comportement. C’est la phase dite prédémentielle.

3 - Dans la phase démentielle, les déficits de mémoire sont associés à des troubles de la motricité, une confusion mentale, de l’incontinence, différentes formes d’agitation. Ces symptômes étaient appelés jadis « démence sénile ». On sait aujourd’hui que, dans 80 % des cas, ils sont causés par une destruction de cellules cérébrales. Cette phase peut durer de 8 à10 ans.

Quels sont les signes précurseurs ?
  • Des oublis flagrants. Le malade répète la même question car il n’enregistre pas la réponse. Il ne se rappelle plus un événement récent, ne sait pas quel jour on est, où il a rangé ses lunettes, ses chaussures…
  • Du courrier pas ouvert, des factures non acquittées, un désordre croissant, des absences…
  • Une modification du comportement. Le malade prend moins d’initiatives, se replie sur lui et ne réagit plus comme avant. A ce stade, prenant conscience que quelque chose ne va pas, vous inciterez votre proche à consulter.
A quoi s’attendre ensuite ?
  • Les troubles de mémoire augmentent. L’orientation, dans le temps puis dans l’espace, devient de plus en plus défectueuse. Les souvenirs anciens s’effacent. Le malade se perd dans des endroits familiers. Il déambule.
  • Le manque de mots s’ajoute à ces difficultés. Ce qu’il dit devient peu à peu incompréhensible. Il ne comprend plus ce que vous lui dites.
  • L’exécution de certains gestes devient difficile. Il ne sait plus à quoi servent les objets usuels. Il confond les noms de ses proches. Peu à peu il oublie les visages.
  • La vie quotidienne se complique. Le malade ne sait plus gérer son argent, utiliser les transports en commun, faire les courses, la cuisine.

A savoir :

  • S’informer sur  l’évolution de la maladie pour savoir ce que le malade va vivre et vous à ses côtés. Contactez l’antenne de l’association France Alzheimer la plus proche de votre domicile.
  • S’organiser avec les membres de la famille. Qui sera l’aidant  principal ? Quelle répartition des tâches ?
  • Définir les priorités. Planifier la vie quotidienne. Répartir la charge financière  Aides à obtenir.
  • Prendre soin de soi-même pour assumer le rôle d’aidant principal. Vous serez de plus en plus accaparé par le malade. Prendre soin de vous, c’est aussi prendre soin de votre proche. Sachez prendre le temps nécessaire pour vous ressourcer.