Les aides auditives

Des solutions efficaces et discrètes existent pour compenser les baisses de l’audition liées à l’âge (presbyacousie).

Les différentes prothèses
auditives ?

L’appareil est un correcteur applicable à toute forme de surdité. Il peut être placée à l’extérieur de l’oreille, dans le pavillon, ou à l’intérieur du conduit auditif.

Ces appareils bénéficient des apports de la technologie numérique et sont  de plus en plus petits.

Le port d’une prothèse auditive doit être décidé  dès que les capacités d’adaptation sont intactes et avant l’isolement dû au manque de communication. Il ajoute à un important confort, l’agrément de retrouver les plaisirs de la conversation.

Comment choisir l’appareil ?

Porter une aide auditive demande de la persévérance et le désir de mieux entendre. Sa pleine réussite dépend pour une part importante, de l’aide de l’entourage. L’audioprothésiste et la personne malentendante vont ensemble évaluer la qualité de restitution des sons, le confort, la facilité à comprendre la parole. L’esthétique (discrétion de l’appareil) entre en compte. Certaines prothèses se dissimulent dans boucles d’oreilles ou la chevelure. Le coût de l’appareil sera déterminant.

Quel est le coût ?

Le prix d’une aide auditive varie, selon ses performances, de 800 à 2 500 euros, par oreille. L’appareillage des deux oreilles est recommandé pour éviter le déséquilibre de l’audition globale.

La sécurité sociale rembourse 65 % sur somme forfaitaire fixée à 199.71 euros, quel que soit le type de l’appareil. Il doit être homologué par la sécurité sociale.

Un forfait annuel de la sécurité sociale (36.59 euros) permet l’entretien des piles et les réparations.

Ce qu’il faut faire :

- appareiller les deux oreilles en même temps, même si une seule est défaillante ;
- savoir qu’existe un temps d’adaptation (qui peut dépasser trois mois) ;

- se rendre régulièrement chez l’audioprothésiste pour parfaire les réglages ou demander des informations complémentaires.

Ce qu’il ne faut pas faire :

- consulter un audioprothésiste sans avoir fait un diagnostic préalable avec un médecin spécialiste ORL ;
- attendre le dernier moment pour se faire appareiller ; il est trop tard lorsque la personne s’est refermée sur elle, ne communique plus.