La prise en charge de la maladie d’Alzheimer

Contrairement à des idées reçues, la maladie d’Alzheimer n’est pas une conséquence normale de la vieillesse, mais bien une maladie qu’il faut prendre en charge de manière adéquate. Selon le Rapport Galliez sur la maladie d’Alzheimer, 850 000 Français étaient touchés en 2011. Avec 225 000 nouveaux cas par an, la maladie d’Alzheimer est une véritable cause de santé publique, c’est pourquoi les services spécifiques se multiplient.

Les lieux de diagnostic
et de traitement
  • Le médecin traitant

Si vous pensez présenter des symptômes de la maladie d’Alzheimer, il faut commencer par consulter votre médecin traitant, qui vous présentera la marche à suivre.

  • Le neurologue

Si le médecin traitant est préoccupé par les symptômes que vous décrivez, il vous prescrira certainement une consultation neurologique. Le neurologue réalisera alors une série de test dans son cabinet ou à l’hôpital. Un diagnostic pourra alors être établi.

  • Les Consultations Mémoire (CM)

C’est le premier niveau de traitement pour une personne présentant des troubles de la mémoire. Le patient est convoqué pour une série de rendez-vous, à commencer par un bilan complet de son état de mémoire, puis des consultations une à deux fois par an. Le patient et ses proches sont pris en charge par une équipe pluridisciplinaire, en partenariat avec le médecin traitant.

Où ? Les Consultations Mémoire se déroulent dans des centres labélisés, à l’hôpital ou chez un neurologue libéral.

  • Les Centres Mémoire de Ressources et de Recherche (CMRR)

Ces centres reçoivent des personnes qui sont affectées de troubles de la mémoire nécessitant des examens approfondis. Une équipe pluridisciplinaire y procure un traitement individualisé, qui prend en compte l’impact psychologique de cette maladie sur le malade et l’aidant.

Où ? On les trouve principalement dans les Centres Hospitaliers Universitaires (CHU).

  • Les autres lieux de traitement

D’autres lieux peuvent permettre de compléter le traitement de la maladie d’Alzheimer. Ainsi, une aide précieuse pourra être trouvée chez le psychologue, l’orthophoniste, le kinésithérapeute ou l’ergothérapeute.

Le Dispositif Urbain Culture Alzheimer (DUCA)

Le DUCA est une proposition à part, centrée sur la culture. Il propose un approche originale de la maladie d’Alzheimer, également pour les patients jeunes dont le nombre augmente ces dernières années. Les patients sont conviés a des ateliers artistiques, des sorties culturelles, etc. dans l’objectif de soulager leur quotidien centré sur la maladie et de prévenir l’isolement social.

Les centres d'information
  • Les Centres Locaux d’Information et de Coordination gérontologiques (CLIC)

Les CLIC disposent d’informations dans les domaines de l’aide sociale, de l’habitat et de la santé. Ils les décodent pour vous et les personnalisent en fonction de vos besoins. Ils organisent également des groupes de paroles par thème et vous mettent en contact avec les professionnels de votre région. Ils sont implantés un peu partout en France, dans l’objectif d’offrir un service de proximité.

  • Les réseaux de santé gérontologiques

Les réseaux de santé gérontologiques sont des regroupements pluridisciplinaires de professionnels centrés sur les personnes âgées. Ils connaissent particulièrement bien les pathologies courantes chez les personnes âgées telle que la maladie d’Alzheimer ; ils peuvent ainsi offrir des soins et des conseils personnalisés.

  • Les Maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades Alzheimer (MAIA)

L’objectif de ces établissements créés lors du Plan Alzheimer 2008-2012 est de renforcer l’articulation des intervenants des champs sanitaire, social et médico-social autour du malade d’Alzheimer en perte d’autonomie et de ses aidants.

  • Autres lieux

De nombreux autres établissements pourront vous renseigner sur la prise en charge de la maladie d’Alzheimer : les CLIC non labellisés, les Offices de retraités, les Maisons des Aînés, les Pôles gérontologiques, les Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS), les Comités départementaux des retraités et personnes âgées (CODERPA)…

Les centres d'aide à domicile

Dans la majorité des cas, les personnes touchées par la maladie d’Alzheimer choisissent le maintien à domicile. Les services à domicile sont alors d’une aide précieuse. Les principaux sont les suivants :

  • Les Services d’Aide et d’Accompagnement à Domicile (SAAD)

Ils accompagnent le patient à domicile dans ses actes de la vie quotidienne (se lever, s’habiller, manger, faire le ménage…) et dans sa vie sociale.

  • Les Services de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD)

Ils prodiguent au patient à domicile des soins infirmiers et un accompagnement à l’hygiène générale.

  • Les Services Polyvalents d’Aide et de Soins à Domicile (SPASAD)

Ils fournissent à la fois l’aide et les soins, et coordonnent la mise en place de ces deux types de prestations.

Les solutions de répit

Prendre en charge un parent touché d’Alzheimer demande du temps et surtout de l’énergie. C’est une tâche stressante pour l’aidant proche ainsi que pour toute la famille. Il est nécessaire de prévoir des temps de répit afin de ménager les sentiments de chacun.

Le gouvernement a mis en place lors de son Plan Alzheimer 2008-2012 différentes solutions de répit, sous la forme d’accueils de jour et d’hébergement temporaire.

  • Les Accueils de Jour (AJ) pour personnes âgées sont une solution de répit sur le long terme, à raison de séances hebdomadaires. Ils reçoivent les patients quelques heures ou plusieurs jours par semaine pour prendre en charge les problématiques très variées des personnes âgées : aide aux démarches administratives, soins infirmiers, difficultés psychologiques… Ils sont situés dans des structures autonomes ou rattachés à un Etablissement d’Hébergement Permanent (EHP). Certains sont spécialisés dans la maladie d’Alzheimer.
  • Les Hébergements Temporaires (HT) sont une solution de répit sur le court terme, lorsque l’aidant a besoin d’être remplacé complètement pour un certain temps. Ils accueillent les personnes âgées pour plusieurs jours, voire un mois, sans que cela devienne un hébergement permanent. Ils sont également situés dans des structures autonomes ou rattachés à un Etablissement d’Hébergement Permanent (EHP). Certains sont spécialisés dans la maladie d’Alzheimer.