Entrer en maison de retraite : ça se prépare

Ce jour tant redouté est arrivé : un de vos parents n’est plus apte à rester seul à domicile. S’il vous est impossible de l’accueillir,  une option s’offre à lui : la maison de retraite. Afin d’éviter les placements d’urgence et les choix imposés, mieux vaut donc prévoir et ne pas « envoyer » votre proche là « où il reste de la place ».

Choisir l'établissement 

Vous avez anticipé ? Bravo. Il est désormais primordial que votre proche choisisse lui-même son futur lieu de résidence en s’appuyant sur divers critères : la médicalisation, le coût, le confort, la vie collective… Mais surtout : la proximité avec sa famille ou la facilité d’accès par les transports en commun si son entourage n’est pas véhiculé. A noter que certaines structures excentrées mettent en place un service gratuit de navettes pour aller chercher les familles à la gare.

L’idéal est de prendre le temps de visiter les établissements au préalable avec votre proche. Et si certaines institutions refusent votre venue avant tout dépôt de dossier, mieux vaut les rayer de la liste.

Lors de votre passage dans la maison de retraite, n’hésitez pas à rencontrer le personnel, le responsable et d’échanger avec les résidents. Ouvrez l’oeil. Vos interlocuteurs sont-ils souriants et courtois ? Les locaux sont-ils à taille humaine ? Est-il aisé de s’y déplacer ? Comment sont vêtus les pensionnaires : en habit de ville ou tenue de nuit ? L’information sur les activités, les menus est-elle claire et lisible ? Des espaces pour recevoir les visiteurs sont-ils aménagés ?

Préparer une entrée en douceur est possible par le biais d’un séjour temporaire d’une quinzaine de jours. Cette expérience permet à votre parent de découvrir son nouvel environnement et de juger par lui-même s’il s’y sent bien ou non.

Le moment du départ 

Dès que l’arbitrage est fait, renseignez-vous sur ce que votre parent aura l’autorisation  d’emporter et méfiez-vous si peu de choses sont acceptées. Le mieux est de l’encourager à dresser lui-même la liste de vêtements, linge, objets ou meubles qu’il souhaite conserver à ses côtés. Prodiguez-lui votre aide en répertoriant tous les objets du quotidien : lunettes, radio, livres, revues, photos, bibelots, etc.

Certaines maisons d’accueil se chargent de faire marquer les vêtements (identification tissée ou cousue) tandis que d’autres disposent d’un marquage par puce électronique. Dans le cas contraire, veillez à ce que son linge soit doté d’une étiquette en tissu portant son nom (sur laquelle vous pouvez aussi adjoindre votre numéro de portable) dans l’éventualité où votre parent se perdrait dans le bâtiment ou à l’extérieur.

La phase d'adaptation

Tout changement générant de l’inquiétude chez la personne âgé, il est recommandé de ne pas improviser l’arrivée dans la résidence. De fait, choisissez une date compatible avec votre emploi du temps afin d’installer votre parent dans son nouveau lieu de vie. Votre présence contribuera à assurer une meilleure transition.

L’adaptation ne s’opère pas du jour au lendemain, vous devrez lui laisser un certain délai pour qu’il se familiarise avec son environnement et qu’il trouve ses repères. Intervenez pour tempérer ses réactions s’il refuse de sortir de sa chambre, de voir les autres pensionnaires et s’il se montre désagréable ou déprimé. Sa réaction est normale, il lui faudra peut-être un ou deux mois pour faire le deuil de sa maison et assimiler le cadre et le rythme qui lui sont désormais imposés.

Dans un premier temps, essayez de doser vos visites – régulières mais à fréquence modérée – afin de l’encourager à s’ouvrir aux autres, que ce soit au personnel ou aux résidents.

Petit à petit, votre parent prendra ses marques et commencera à s’intégrer. Il s’appropriera sa chambre en disposant comme bon lui semble ses objets personnels, photos, meubles…

Garder le contact

Dans l’optique de favoriser les visites, les maisons de retraite proposent des horaires larges d’ouverture au public. Si toutefois des obligations familiales ou professionnelles devaient contrarier vos venues, essayez d’alterner les visites : une cadence d’une fois par semaine chacun, plutôt que tous en même temps aidera votre proche à trouver le temps moins long entre deux entrevues. Vous avez également le loisir de partager ses repas (facturés en sus) de manière ponctuelle.

Synonymes de gaité au sein de la résidence, les jeunes enfants sont aussi les bienvenus. Et si, de plus, un jeu ou une activité ludique leur est proposé, ils se feront une joie de revenir !