Communiquer efficacement avec les professionnels de santé

Entretenir des relations de qualité avec les professionnels de santé, en particulier avec le médecin traitant de votre proche, est important.

Quel est mon rôle dans
les soins ?   

Professionnels de santé et aidants familiaux ont, chacun, des tâches et des rôles différents à jouer. Votre implication dans les besoins de soins de votre proche facilite  la réussite de ceux-ci.

Montrez votre volonté de coopération. Osez vous faire préciser ce qui est attendu de votre part. Si vous en ressentez le besoin, n’hésitez pas à demander une aide supplémentaire.

Comment se comporter lors des visites médicales ?

Recherchez la compréhension mutuelle au cours des échanges :

  • Fixez à l’avance l’objectif de la visite,  les points que vous voulez aborder, ce que vous voulez apprendre du médecin ;
  • Énoncez clairement les problèmes que vous rencontrez. Décrivez la situation précise de votre parent, exprimez ses besoins et les vôtres en commençant par ce que vous estimez le plus important ;
  • Écoutez attentivement ce que vous dit le médecin ou l’infirmière et témoignez de cette attention notamment par votre regard ;
  • Reformulez ce qui vous est dit. Par exemple : « si je comprends bien, vous pensez que… »
  • Restez ouvert et courtois, évitez de porter un jugement si vous n’approuvez pas les propos tenus , posez plutôt des questions complémentaires
Doit-on montrer de l’inquiétude ?

Dans certaines pathologies du vieillissement, l’objectif des traitements n’est pas de guérir mais de retarder l’évolution de la maladie. Face aux changements intervenus chez votre parent, vous pouvez ressentir de l’anxiété, être attristé. Ne confondez pas vos émotions avec l’efficacité du traitement et la compétence du médecin. Les questions que vous vous posez sont légitimes. Toutefois montrez-vous positif.

A savoir :

Si l’état de votre proche vous préoccupe, pour que la communication reste fructueuse :

  • Exposez  simplement les faits : « Cela fait plus d’une semaine que mon père refuse de prendre le traitement que vous lui avez prescrit. »
  • Exprimez vos sentiments et vos besoins, sans agressivité : « Ça me fait vraiment mal de le voir se dégrader ainsi. Ce n’est plus le même. J’ai besoin d’être certain(e) que ce traitement est bénéfique pour le convaincre de le prendre. »
  • Suggérez des solutions pour sortir de l’impasse : « Docteur, que puis-je dire à mon père pour le convaincre de prendre son traitement. Je serais moi-même plus apaisé(e) et efficace auprès de lui si je sais que ce traitement est le meilleur qui puisse lui convenir ».
  • Enfin, vous direz : « Vous me rassurez un peu. Merci. Je vais  essayer de faire comme vous le suggérez pour qu’il accepte de reprendre ses comprimés. Si ça ne marche pas, puis-je vous rappeler ? »