Communiquer avec ses parents

La qualité des relations favorise le bien être de tous.

Comment garder la bonne
distance ?
  • Observez, écoutez pour comprendre ce qui préoccupe votre proche. Au-delà des mots, soyez attentif à ce qu’il cherche à exprimer, à ses émotions.
  • Témoignez de votre compréhension sans vous laisser envahir. Accompagner ne signifie ni prendre « en charge » l’autre, ni confondre  ses émotions ou sentiments avec les vôtres. Montrez votre empathie, tout en vous préservant. Vous n’êtes pas lui.
  • Ne portez pas de jugement. Quelle que soit la situation, évitez de culpabiliser votre proche ou vous-même. Vous avez le droit d’éprouver de la tristesse, du découragement, de la frustration.  Acceptez de ne pouvoir tout résoudre.
  • Considérez ce qui est essentiel dans la relation et restez calme. Les mots dépassent souvent la pensée. Ne cherchez pas à gérer un conflit « à chaud », ni à vous justifier, attendez que cela passe. Plus vous ferez preuve de sérénité plus vous favoriserez la sienne et celle des autres.
En cas de désaccord, que faire ?

Privilégiez toujours le moment présent. Des conflits passés peuvent ressurgir. Dans l’incompréhension, le ton peut monter. Évitez tout stress qui fragiliserait davantage votre parent. Pour vous recentrer sur la situation, interrogez-vous.

  • De quoi parlons-nous ? Est-ce la peine de se disputer ? Fermez les yeux sur les choses sans importance.
  • Dans cette conversation, ne suis-je (n’est-il pas) pas en train de lui (me) reprocher des choses passées ? Ne faites pas entrer en jeu des éléments appartenant à une situation antérieure.
  • Vous vous sentez agressé ? Ne prenez pas une simple remarque pour une attaque. Gardez du recul.
Comment favoriser le respect des besoins mutuels ?

Votre proche aura chaque jour davantage besoin de vous. Ne confondez pas sa vie avec la vôtre. Faites entendre vos limites, soyez clair(e) avec lui et avec vous-même. Dites, par exemple :

- « Je sais que tu aimerais que je reste avec toi, moi aussi, mais tu sais que je dois partir. Ton livre est là, le programme TV aussi. Tu vas pouvoir choisir ce que tu préfères faire lorsque je serai parti(e). »

- « Oui tu as raison, ton pull gris a besoin d’être lavé, je le ferai demain. Là, je n’ai plus le temps parce que les enfants viennent à la maison. J’ai le dîner à préparer.

A savoir :

  • La perte d’autonomie provoque des réactions différentes selon les personnalités et les circonstances.
  • Faites preuve de bienveillance, avec votre parent, le reste de la famille et avec vous-même.
  • La communication est toujours facilitée par l’observation de ce qui est en jeu de part et d’autre, sans jugement. Cela permet d’énoncer son ressenti et ses besoins face à la situation.
  • Avec compréhension et respect mutuel, chacun doit pouvoir exprimer ce qu’il veut sincèrement, ouvertement.