Aidant : un rôle à plein temps

Par:

Être dépendant consiste à devoir se reposer sur autrui pour réaliser certaines actions : ce phénomène concerne 1,4 million de personnes, estime le ministère de la Santé.

Finir sa vie chez soi est un souhait partagé par plus de 80% des Français (sondage Ifop 2010). Or, vouloir vieillir dans son environnement, préserver ses habitudes et rester à proximité de son entourage entrainent des bouleversements majeurs. En effet, les conséquences du vieillissement se conjuguent bien souvent aux maladies chroniques et occasionnent une grande fragilité physique et psychique.

Quand l'état de santé se dégrade

Les pathologies les plus souvent observées sont le cancer, les maladies cardiovasculaires et neuro-dégénératives. Environ 225 000 nouveaux cas de la maladie d’Alzheimer sont diagnostiqués chaque année en France et 10 000 pour Parkinson. Parallèlement, le syndrome dépressif du sujet âgé serait responsable de près de 3 000 suicides chaque année tandis que les troubles neurosensoriels (notamment la surdité et les maladies oculaires) peuvent créer un handicap s’ils sont pris en charge tardivement.

Que la dégradation soit physique ou psychique, assister à la détérioration de l’état de santé d’un parent est toujours un moment douloureux. D’où l’importance de déceler précocement les pathologies en faisant part des signes annonciateurs au médecin de famille.

Préparer le maintien à domicile 

La vie quotidienne aux côtés d’une personne en perte d’autonomie se révèle d’autant plus éprouvante que bien souvent, on ne choisit pas d’être aidant familial. Lorsqu’un proche perd peu à peu son autonomie, il faut agir. Quelle que soit la composition de la famille, l’aidant principal s’impose naturellement : il s’agit généralement du conjoint ou, en l’absence de celui-ci, d’un enfant (le plus souvent une fille). Face à la volonté d’une personne de rester chez elle, les proches jouent en effet un rôle essentiel : sans un entourage solide et présent, il est presque inconcevable d’envisager le maintien à domicile.

Mais avant de s’engager, toutes les conditions favorables à un bon accompagnement doivent être réunies : la santé du senior, la disponibilité de l’aidant, le niveau de ressources et l’adaptation de l’habitat.

Face à l'ampleur de la tâche...

C’est une fois confrontés à la réalité de la fin de vie à domicile que les accompagnants mesurent les changements que la situation génère sur leur propre quotidien. Car l’assistance englobe les tâches domestiques, le soutien moral du malade, l’intendance (factures, administratif, etc.) et les soins (toilette, soins d’hygiène, traitements).

Il faut savoir qu’aider nécessite parfois une présence continue visant à assurer la sécurité de la personne malade. Entre 5 et 17,5 heures par jour avancent des sondages réalisés auprès d’aidants familiaux. Par voie de conséquence, 82,3% d’entre eux expriment ressentir de la fatigue physique se traduisant notamment par des troubles importants du sommeil. Cette profonde implication retentit également sur leur alimentation et leur santé : 19% affirment souffrir de problèmes médicaux et 26,5% déclarent avoir augmenté leur consommation de médicaments.

Se faire seconder 

La charge de travail induite par la dépendance du malade excède les capacités d’une seule personne. Afin de les préserver de l’épuisement, la mise en place d’aides à domicile et un aménagement de leur temps de travail s’imposent. D’ailleurs, 23 % des personnes dépendantes bénéficient aujourd’hui d’une aide mixte : professionnels et entourage.

Médecin généraliste, infirmière, kinésithérapeute, garde à domicile, auxiliaire de vie, service de repas à domicile… sont donc susceptibles de compléter et soulager l’aidant familial. Au recours à des professionnels s’ajoutent également des droits et aides financières : chèque emploi service, possibilité de congés, allocation personnalisée d’autonomie (APA)…

Pas toujours connues, de nombreuses solutions existent pour accorder du répit aux aidants : soutien à domicile, accueil de jour, hospitalisation, hébergement temporaire, vacances pour seniors…